Friend me on FacebookFollow me on TwitterRSS Feed

Retour sur la première semaine: Wolf Eyes et La Forêt rouge

Le 4 juin dernier, le trio du Michigan Wolf Eyes participait à l’une des soirées d’ouverture du Suoni à la Sala Rossa. Attendu depuis longtemps à Montréal, le groupe a offert une prestation bien vivante, mais assez prudente et un peu retenue. Nous avons eu droit à un son électro, ambiant avec des teintes de noise et de distorsion, mais bien loin d’un mur électro-rock ou métal auquel le groupe nous avait déjà habitué au FIMAV de Victoriaville en 2005 et 2011. À noter, sur certaines pièces plus dark wave, des spectateurs se sont spontanément mis à danser!

Les prestations d’ouverture de la soirée, trois groupes et artistes de Montréal, étaient assez variées: No negative nous ont bien réveillé avec leur punk-harcore psychédélique directement issu des années 80! Une bonne performance bien énergique nous rappelant autant The Cramps que Butthole Surfers! Blankets est une artiste solo qui a donné dans l’électro-ambiant sombre. Urlapse est un duo qui nous a servi une formule noise-électro expérimentale onirique.

Mercredi dernier, la Forêt rouge nous a démontré toute son énergie scénique dans une courte prestation (2 pièces pour 35 minutes!) devant une petite foule à La Vitrola. Le quatuor montréalais lançait sa nouvelle cassette (!) intitulée « Hygiénique et noble ». Leur musique est un mélange fort intéressant de rock actuel, de free jazz, d’ambiant, de prog, le tout agrémenté d’échantillonnages et de déclamations de textes ( dont un de Hawkwind). En première partie, Wreckage With Stick nous a livré une très courte performance noise improvisée passablement minimaliste et lourde. Le duo féminin Nightwitches nous a partagé sa musique stoner-sludge, mais aussi parfois planante.

On se voit en fin de semaine!

Mathieu Francoeur

Crédit photo: Pierre Langlois      La Forêt rouge

Forêt-rouge

Posté le juin 10, 2016 Nouvelles